La Boussole de l’intervention

pour visualiser le niveau d'intervention en accompagnement alimentaire

Pour les personnes qui accompagnent des clients dans leur alimentation, il est parfois difficile d’évaluer la demande et d’y voir clair dans les interventions proposées. Voici un outil pratique pour aider les praticiens à évaluer les besoins du client et le niveau d’intervention, ainsi que pour lancer l’échange sur les possibles voies à exploiter.

Pour faire simple, j’ai visualisé dans cette boussole le premier niveau de questionnement que l’accompagnant peut avoir par rapport à son client. Il va sans dire que ce modèle peut être complété, mais c’est déjà un très bon début.

Que se passe-t-il au premier rendez-vous ? Le client vient, énonce ce qu’il désire puis on se lance dans le travail. Pour la plupart des accompagnements cela veut dire de déployer l’outil ou les outils qu’ils ont acquis. Puis, soit ça passe, soit ça ne  passe pas ; dans ce deuxième cas de figure beaucoup s’interrogent sur le facteur-clé de succès  (ne parlons pas des auto-jugements qui peuvent survenir dans ces cas, notamment tant qu’on n’a pas compris que ce n’est pas forcément nous ou l’outil qui est cause, pas plus que le client ou sa “résistance” d’ailleurs).

Votre exemple dans l’accompagnement

Je vous propose de reprendre un exemple où votre démarche habituelle n’a pas super bien fonctionné sans que nous n’ayez pu identifié le pourquoi. Vous verrez si avec l’éclairage offert par  la boussole, vous pourrez obtenir aujourd’hui une autre vision de ce qu’il s’est passé ;  et si, riche de cet enseignement,  vous serez peut-être la prochaine fois plus efficace pour le bien-être de votre client mais aussi pour le vôtre.

Repensez donc à cet événement, juste comme observateur, énumérez les faits :

  • quand
  • qui
  • comment
  • votre démarche
  • la réaction du client lors de l’entretien
  • la suite des événements

Souvenez-vous : que du factuel, pas de jugements, pas d’autoflagellation, pas de mots prisons 🙂 Mais demandez- vous : qu’est-ce qu’un observateur extérieur aurait pu constater ?

La Boussole de l’intervention

Boussole d'intervention en Thérapie Alimentaire

Et maintenant, regardez cette image.

Quelle était la première préoccupation du client ?

Est-ce qu’elle portait sur le quoi manger ? La qualité ? Les recettes ? Le sourcing ? La planification ? Les aliments qui lui conviennent ?

Ou bien était-ce des soucis de santé, des soucis de comportements alimentaires comme les grignotages ou les desserts sans retenue ou l’incapacité à écouter sa faim ou sa satiété ?

Ou bien encore des questionnements du type “je sais tout sur l’alimentation santé, mais je n’y arrive pas ou j’ai essayé tous les régimes et je ne sais toujours pas comment manger” ? “Je suis bloqué dans un programme et je n’ose pas en sortir” ?

Bien sûr, vous voyez que ces choses-là traitent de problématiques complètement différentes.

Quelques explications à travers la Boussole de l’intervention

Partie 1 - Qu'est-ce que je mange ?

Si une personne fait de la prévention, s’intéresse simplement à comment prendre soin d’elle à travers l’alimentation, manque de connaissances pour cuisiner sainement, avec des nourritures de bonne qualité, ou bien manque d’idées de recettes ou de méthodes de planification, c’est très simple. En général, là, on a le tapis rouge devant nous, on peut s’en donner à coeur joie dans la transmission de toutes nos découvertes, lectures, recettes préférées, outils de personnalisation préférés. Vous les transmettez, la personne les met en place et ça roule. Et en même temps, selon mon expérience, ces clients sont plutôt rares 🙂 C’est comment dans votre clientèle ?

Partie 2 - Comment je mange ?

Si la personne vient par exemple pour les grignotages intempestifs, la donne change. Car il va falloir trouver une porte d’entrée pour cette personne donnée. Elle sait très bien que grignoter ce n’est pas bon, pas sain, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle vient vous voir. Et pourtant, lui transmettre des infos ne serait sans doute pas suffisant pour changer quoi que ce soit. Certes, il faut vérifier si elle a tous les nutriments pour les neurotransmetteurs, mais il peut y avoir beaucoup d’autres explications pour ces grignotages intempestifs. Pour avoir accès à ces explications, il faut explorer les circonstances, la récurrence, les liens, les exceptions, la règle, les aliments convoités etc etc etc.

Dans ce cas-là, on va être dans la partie Comment je mange ?,  où le client apprend à s’observer, à prendre du recul par rapport à son alimentation, à faire son propre bilan  avec bienveillance, sans jugement, en faisant des liens jusque-là invisibles et ignorés de lui. Le professionnel va être là pour transmettre ces savoir-faire par le biais d’outils simples. Les tâches peuvent être variées suivant l’endroit où la personne est bloquée. Est-ce au niveau des émotions ? de son histoire ? le stress ? les croyances sur soi ? etc etc. C’est un travail délicat, qui demande du temps et qui produit des changements en profondeur chez le client  : il l’amène à mieux se connaître, à savoir comment il fonctionne, à sortir du cercle vicieux des régimes-lâcher prise, des punitions-récompenses ou toute autre chose qui s’est mise en place dans sa vie au fil des années.

 

Partie 3 - Pourquoi je mange ?

Troisième exemple : vous avez une personne dans votre cabinet qui a déjà tout essayé, en commençant par le crudivorisme,le paléo, cétogénique couplé avec un jeune intermittent etc., et malgré tout, soit ses soucis persistent soit elle est enfermés dans le cerce des évictions soit elle ne sait plus quoi manger. Bon, vous pouvez lui proposer un n+1 -ième programme, certes. Va-t-il être efficace ? Rien n’est moins sûr. La personne a déjà exploré la partie “Qu’est-ce que je mange” de long en large.

Vous pourriez  travailler sur des auto-observations, mais cela risque de l’énerver beaucoup dans un premier temps, mais avec un timing  judicieux  cela reste bien entendu nécessaire. Pour ma part, j’aurais tendance à penser que certaines personnes qui ont déjà beaucoup exploré les questions alimentaires sont perdues, car elles n’ont pas su répondre à la question Qui suis-je ? à travers leur assiette. Sur la boussole vous voyez le troisième volet “ Pourquoi je mange ?” Bien sûr, la question s’entend sur le fond, il est question de questionner les vertus ou les valeurs qui se cachent derrière cet acte de manger ceci(ou d’éviter cela)  et c’est ce qui va nous amener à pouvoir répondre à la question Qui suis-je? et comment cela se manifeste dans mon assiette. 

Cette démarche demande une mise en place particulière, bien sûr, car on travaille sur le fond. Il faut une alliance thérapeutique bien solide pour oser aborder ces questions car pour le client le travail se fait certes en lien avec l’alimentation, mais d’abord sur soi. L’accompagnant explore avec le client les liens entre son histoire personnelle générale et son histoire alimentaire en particulier, les croyances développées en cours de route, les valeurs ou les vertus qui se cachent derrière, et comment rester en connexion à ces valeurs d’une manière adéquate. Ces interventions sont plus complexes et demandent des outils différents des interventions des deux autres niveaux.

Avec nos formations de base (naturopathie, profilage alimentaire, diététique etc.), nous avons en général les connaissances pour réaliser l’intervention un niveau de la transmission d’information que ce soit théorique ou bien pratique comme l’organisation ou techniques culinaires etc.  Pour les interventions sur les 2 autres niveaux du Comment et du Pourquoi, il faut faire appel à d’autres techniques et outils. La formation Thérapie Alimentaire et la Masterclass Comment utiliser la pleine conscience dans l’accompagnement alimentaire vous transmettront des connaissances pour identifier l’endroit où le client a besoin d’un coup de pouce et des outils et des techniques pour y parvenir.

 

Comment votre vision a-t-elle changé ?

Si vous repensez à l’exemple de votre pratique de tout à l’heure, est-ce que cela vous donne un nouvel éclairage ou de nouvelles pistes d’intervention ? Pourriez-vous les exploiter une prochaine fois avec un nouveau client ? 

En espérant que cet article vous aura été utile, je vous dis à bientôt pour explorer les tréfonds de l’accompagnement alimentaire.

Si vous souhaitez en apprendre plus, et vous souhaitez acquérir le savoir faire pour les interventions aux niveaux multiples, inscrivez-vous à la formation Thérapie Alimentaire et ou à la Masterclass Comment utiliser la pleine conscience dans l'accompagnement alimentaire. Elles vous transmettront des connaissances pour identifier l'endroit où le client a besoin d'un coup de pouce et des outils et des techniques pour y parvenir.

Posted in:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *