Superfood bon marché dans la cuisine – Le foie

Recette simple de pâté de foie de volaille

Superfood dans votre cuisine - le foie

Vous n’avez pas besoin d’un manuel ou d’être un professionnel pour savoir quels micronutriments se trouvent dans quels aliments. Je sais, je vous parle souvent de teneur en vitamines ou phytonutriments ou autres molécules intéressantes dans les articles, pour soutenir le message que je transmets. Pourtant, je vous l’assure, BIEN MANGER EST SIMPLE  et ce n’est pas du tout un casse-tête! Vous devez juste manger comme votre arrière-grand-mère. Mangez local et saisonnier – cuisiné à la maison, en utilisant des aliments de la terre non altérés et avec zéro marketing. (voir mon infographie sur le sujet ).

La santé devient plus accessible lorsque vous travaillez avec votre corps en lui fournissant les multivitamines issues des aliments bruts et que vous vivez en harmonie avec la nature. Les aliments ne sont que la matière première, ils ne fonctionnent pas seuls, de manière isolée. Ils seront utilisés dans votre corps, selon les paramètres  présents.  C’est pourquoi un supplément ou un complément  ne pourra jamais en lui-même vraiment inverser ou résoudre tous vos problèmes ! Cela aidera peut-être un peu et pendant un temps. Ce qui aidera sur le long terme,  c’est un mode de vie où l’attention est portée  sur les autres facteurs qui oeuvrent conjointement pour que les nutriments soient bien utilisés : la gestion du stress, le sommeil,   la lumière et le rythme circadien, les ondes, l’oxygénation, le contact avec la nature, la qualité de l’eau, pour n’en citer que quelques-uns. Pour que l’action des nutriments fonctionne et qu’ils puissent produire leur effet décrit dans les livres de nutrition, nous avons besoin de prendre en compte ces paramètres également !

De bonnes habitudes - un secret de la santé

L’alimentation ne se résume pas aux vitamines. Bien manger est une forme de respect de soi qui englobe d’autres comportements sains comme se coucher tôt (en tout cas pas tard 🙂 , lire plus, bouger, manger moins de malbouffe, prendre l’air, prendre de meilleures décisions, regarder moins la télévision, être attentif à la faim et aux signaux de sa satiété ! La santé est en quelque sorte une accumulation d’habitudes quotidiennes, qu’on construit au fil du temps, de manière volontaire.

Bien sûr, il faut du temps pour apprendre ces choses et les faire entrer dans la vie quotidienne.  La patience est une des clés d’un changement durable vers un mieux-être.

Et, parmi ces bonnes habitudes qu’on construit, il y en a une qui était bien connue de nos arrière-grand-mères et qui a pratiquement disparu aujourd’hui : consommer des abats. J’ai des clients qui disent que leur mère proposait une fois par semaine du foie, pour bien les nourrir par exemple.

Que ceux qui ont encore cette habitude lèvent la main ! Même si je suis devant mon écran, j’imagine bien que peu d’entre vous l’ont levée 🙂 Alors, je vais vous partager une recette facile et peu onéreuse pour recharger vos réserves de nutriments avec ce super-aliment qu’est le foie.

Juste pour répondre à votre curiosité, je vais quand-même décrire ce que le corps peut trouver dans le foie : des folates (ou vitamine B9) et pratiquement tous les autres du groupe de la vitamine B (2,3,5,6,12). Plus de la vitamine A biodisponible et de la vitamine D, du fer, du phosphore, du cuivre, du zinc et du sélénium (pour le bœuf). Rien que cela… et je n’ai pas encore parlé d’un composant non identifié à ce jour qui joue un rôle anti- fatigue, du CoQ10 ou des purines, qui servent de “précurseurs” pour nos ADN et ARN. )

Un mot sur la qualité

Bien entendu, nous devons consommer du foie provenant d’animaux en bonne santé – bovins, agneaux, porcs, poulets, dindes, canards et oies, élevés dans de bonnes conditions, sans antibiotiques, hormones de croissances et autres toxines. Le meilleur choix est le foie d’animaux qui passent leur vie en plein air et au pâturage. Si un tel aliment de premier choix n’est pas disponible, le choix suivant est le foie de poulet, de bœuf ou de veau biologique. Et si vous avez la chance de trouver les deux en un, c’est à dire bio et élevé en plein air et au pâturage, vous avez touché le gros lot (de nutriments). Les foies de poulets et de porcs élevés de façon conventionnelle ne sont pas recommandables. En même temps, le foie de volaille ne coûte pas cher, même chez un boucher bio… Et encore moins chez le producteur….

Au passage, saviez-vous que le meilleur est de consommer le foie cru ? Sérieux, je ne blague pas. Les indigènes, les cowboy argentins, les tribus de chasseurs-cueilleurs avaient cette pratique qu’on pourrait considérer comme barbare. Mais cela leur permettait de survivre, simplement et de bénéficier des nutriments à la source, sans les dénaturer. Alors si jamais vous êtes sur le côté explorateur des mangeurs, voici une idée comment vous pouvez le faire….en préparant des “gélules”.

Coupez le foie frais en morceaux de la taille d’un pois ou de gélules et congelez-les pendant 14 jours. Congeler le foie est obligatoire, et cette période est suffisante qu’il n’y ait plus aucun parasite ou agent pathogène dans le foie. Avalez-les comme des comprimés de vitamines. 🙂

Pour les moins aventuriers j’ai préparé cette recette traditionnelle mais délicieuse, que vous pouvez consommer également en dehors des la période des fêtes. En règle générale, l’équivalent de 100 g de foie par semaine pour un adulte est la quantité recommandée.

Calculez le prix des compléments alimentaires avec tous ces nutriments que j’ai décrits plus haut, vous allez voir que le prix au kilo du foie est dérisoire 🙂 Et en plus vous allez vous régaler !

Manger végé ne sauvera pas la planète-Alimentation Intégrative

La recette

Pâté de foie de volaille

Un grand classique, une recette de base de mon enfance pour faire le plein de nutriments facilement.
Portions: 3 bocaux de 200ml environ
Auteur: Gabriella Tamas - www.alimentation-integrative.fr

Ingrédients

  • 400 g de foie de volaille
  • 75 g de lardons
  • 2 c à s de saindoux ou de graisse de canard
  • 1 échalote moyenne
  • 1 gousse d'ail
  • thym frais
  • sel marin
  • poivre du moulin
  • 250 g de beurre au lait cru

Instructions

  • Hachez l'échalote.
  • Rincez le thym à l'eau froide.
  • Coupez le beurre en cubes.
  • Coupez le foie de volaille en morceaux de 3-4 cm.
  • Dans une poêle, faites revenir l'oignon avec l'ail pressé et un peu de thym. Réservez dans une assiette.
  • Dans la même poêle, rajoutez un peu de graisse (par ex. saindoux ou graisse de canard) et faites cuire le foie en remuant constamment - jusqu'à ce qu'il soit complètement doré. Si vous n'êtes pas sûr qu'il soit cuit, retirez-en un morceau et coupez-le en deux avec un couteau. Si l’intérieur est marron et non pas rouge, c'est bien cuit. Assaisonnez le foie avec du poivre fraîchement moulu, N'ajoutez pas encore de sel !
  • Versez les oignons et le foie cuits dans un mixeur. Ajoutez le beurre coupé en dés. Assaisonnez avec du sel et du poivre du moulin. Mixez finement. Si la pâte est trop épaisse, ajoutez 10 ml de d'eau ou de bouillon.
  • Transvasez le pâté dans 3 récipients assez petits (je ré-utilise les pots de crème fraîche en verre). Mettez les plats au réfrigérateur pour quelques heures.
  • Après ce temps de repos, faites fondre 50 g de beurre à feu très doux. Arrêtez le feu avant que le beurre ne se déphase. Recouvrez la surface des pots de pâté avec le beurre fondu en une fine couche (environ 2 mm) pour le protéger. Remettez-les et conservez-les au réfrigérateur jusqu'à consommation.
  • Consommez le pâté dans la semaine, ou bien congelez les pots.

Vous aimez comment le foie ?
Partagez vos idées dans les commentaires !

Posted in:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recipe Rating