Les défis alimentaires de l’été – quelques pistes

Oh non, je ne parle pas de garder la forme pour rentrer dans son bikini. 🙂  Quand je parle de défi alimentaire, je présume que vous avez identifié ce qui vous fait du bien, ce qui vous fait du mal, quelles sont vos grandes lignes de conduite alimentaire pour vous sentir bien. Et pendant l’année ça roule.  Mais qu’est-ce qui se passe en été ? L’été, la saison des invitations par excellence, du tandem chips/rosé pratiquement à chaque repas, des collègues de boulot qui veulent sentir l’été et qui amènent un peu de ci et un peu de ça au bureau,  des glaces tous les jours (deux fois par jour ? ;-)) Bref la saison où les mœurs alimentaires « normales » sont temporairement hors jeu.

Voici quelques pistes

1.  Préparez-vous une petite base de recettes saines pour les apéros

Gaspachos, crudités avec sauces maison vite-fait, amandes, cajous et Cie, olives, verrines avec couches de légumes, guacamole maison, jus de légumes frais, la liste est infinie. Vous pouvez vous inspirer des recettes de mon site. Cliquez sur les images pour accéder aux recettes.

petits pains rillette de thon_coupegraines de courge grillées en apéroguacamole minuteMousse de petits poisChips de kalemousse asperge cumin chèvre

2.  Testez des recettes de boissons sympa

Eau aromatisée menthe-citron-concombreAu lieu de consommer une grande quantité de soda ou de jus de fruit très riches en sucres, trouvez des boissons dont les goûts vous satisfont comme les eaux aromatisées, les boissons fermentées ou les sodas maison non sucrés. Voici une recette d’eau aromatisée. L’autre classique de notre famille est notre soda « ginger beer » maison : Je mélange du gingembre râpé avec du jus de citron fraîchement pressé et du sirop d’érable. Le moment venu on l’allonge avec de l’eau gazeuses froide et on sirote ça dans nos chaises longues au jardin à l’ombre. Le bonheur !

 

3.  Faites quelques glaces maison à l’avance

Vous avez quelques exemples ici et le net déborde d’idées avec des glaces à l’eau, concombre-menthe-citron, mascarpone-fraise, yaourt et fruits surgelés, blanc d’œuf et framboises surgelées etc.
J’en ai toujours un stock dans mon congélateur, d’ailleurs, ce sont les enfants qui font ces recettes, c’est tellement facile et c’est comme un un jeu pour eux. Ils font des expériences de mélanges qui ne sont pas toujours très convaincants mais les fous rires pendant la préparation sont garantis. (ne vous inquiétez pas, je vous épargne les recettes loufoques !)

Glace concombre citron menthe - Alimentation Intégrativebâtonnets fraise maison

 

 

 

 

 

4.  Choisissez toujours la qualité, et non la quantité

Mangez moins ou moins souvent, mais de très bonne qualité, mangez lentement, appréciez les bons produits.

Tout ça, c’est pour les jours quand vous pouvez et quand vous voulez faire un petit effort. N’oubliez pas qu’il y a d’autres circonstances, des situations, quand vous ne pouvez pas ou vous ne voulez pas rentrer dans ces considérations. Comme par exemple quand vous êtes invité et le repas n’est pas partagé, quand vous êtes fatigués, quand vous êtes sur la route, quand vous n’avez pas assez dormi, quand vous avez trop picolé la veille 🙂 etc.

ET ces situations se planifient aussi à l’avance !

1.Tout d’abord recensez les situations qui seront un défi.

  • ….
  • ….s
  • ….

 

2.  Puis écrivez à côté comment vous gérez (ou ne gérez pas) ces situations actuellement

Par ex. en voyage – je mange un sandwich que j’achète à la gare ou j’ai du mal à m’arrêter de manger toutes les cacahuètes lors de l’apéro et après j’ai pas trop faim, mais je mange par politesse et le lendemain je me sens terrible au niveau du ventre.

3. Puis examinez si vous pouvez faire des choses différemment.

Par exemple préparez un bon sandwich maison avec du bon pain au levain bio, de la charcuterie de qualité accompagnée de salade ou de crudités. Ou écoutez-vous quand votre ventre dit « j’en ai eu assez » et participez avec une attention particulière aux discussions, plutôt que de manger une cinquième saucisse. Ou bien prenez un petit bol pour vous servir une quantité raisonnable de cacahuètes et quand il n’y en a plus, rabattez-vous vers les crudités ou tout à fait autre chose, ce qui vous convient.

Lâchez l’idée que tout est blanc ou noir.

Le guide du gourmand vers la pleine conscienceEn alimentation la perfection n’existe pas, et si vous la visez, vous allez vous épuiser et vous assurer des ennuis à retardement. Ce n’est pas parce que vous avez mangez quelques chips que « maintenant c’est foutu » et que vous devez manger tout le paquet plus la glace du congèle. Vous verrez, plus vous vous autorisez à être souple, plus vous êtes bienveillant avec vous-même, moins ces pensées vont vous embêter. La route est longue, bien entendu, mais je vous assure que cela vaut le coup.  Si vous avez besoin d’un compagnon de route, mon livre Guide pratique du gourmand vers la pleine conscience peut vous accompagner tout au long du chemin.

 

De la perfection alimentaire à la tolérance

Ma petite fille a répété 3 fois de suite le jour de son anniversaire « Maman, je n’arrive pas à  croire que tu as acheté ça »quand je n’ai pas eu le temps de faire un gâteau pour amener à l’école, et que j’ai acheté un grand paquet de chocobons,  (au niveau des ingrédients c’est ce qui lui convenait le mieux: pas de colorants, pas d’arômes fruits synthétiques). Ca m’a fait réfléchir….et revoir mes priorités….

Quand je voulais être parfaite, je faisais tout maison, je bannissais tout produit industriel, je jugeais mes voisins et au passage j’étais tout le temps malheureuse car je n’arrivais pas à atteindre mes objectifs parfaits. Aujourd’hui je suis souple, je m’adapte, et cela m’arrive de manger des choses non bio, ou de partager un gâteau d’une copine qui contient du gluten ou de manger des chocobons. Je vous assure, que je ne m’en porte que mieux et au passage mon entourage aussi.

Alors oui, on planifie, oui, on s’efforce de manger à 80 % du temps bio, local, zéro déchet etc etc si vous voulez, et les 20% restants sont amplement suffisants pour  avoir du répit, se relaxer et envisager avec sérénité des situations inattendues ou non contrôlées.

 

Je vous souhaite un bel été et on se retrouve en septembre !