Futures mamans – n’avalez pas n’importe quoi!

Mon titre est à appréhender à plusieurs niveaux. Comme je l’ai déjà décrit dans plusieurs articles ici et ici : la parentalité se prépare. A deux. Au moins 6 mois à l’avance. (oui, je sais, ça a l’air sérieux comme ça, je pense que c’est juste du bon sens. D’ailleurs, je ne suis pas un ovni, regardez chez le Dr Michel Odent ou chez les peuples vivant encore selon les codes de la Nature comme les Masaï…). Je persiste et je signe. Et malheureusement je parle d’expérience. Je n’ai toujours pas eu le courage de décrire le parcours du combattant que nous avons dû affonter avec notre deuxième, dès sa naissance ou presque. J’aurais bien voulu que quelqu’un m’informe AVANT. On n’aurait sûrement pas pu éviter les problèmes, mais peut être qu’ils auraient été moins importants….qui sait.

 

Donc, aujourd’hui je ne vais pas parler de ce volet, mais d’un autre : la complémentation et plus précisément l’acide folique. Oui, vous savez, la vitamine B9 qu’on vous prescrit dès que l’idée d’un bébé vous a traversé l’esprit pour éviter des malformations comme la spina bifida. Rien de méchant jusque là, bien entendu c’est très louable de se préoccuper de la santé du futur bébé. La question n’est pas là. La question c’est simplement dans la qualité. Nous, hommes, nous aimons penser que nous sommes plus intelligents que la Nature. Alors, on enrichit les céréales de vitamine B9, ou on conseille de prendre des compléments pour préparer la grossesse.

 

On oublie juste un petit détail : la vitamine B9 synthétique, l’acide folique, n’est pas du tout la même chose que ses grandes soeurs naturelles, nommé folates. L’acide folique est censé être transformé dans le corps en une forme de folates pour pouvoir être utilisé. Or, aujourd’hui, les chercheurs trouvent des réserves d’acide folique inutilisées dans le sang, même chez les personnes non complémentées. De plus en plus de voix s’élèvent pour dire que ces réserves d’acide folique inutilisées sont liés à des symptômes indésirables ;  voire il y aurait une corrélation dans la survenue de maladies graves*.

Alors, dans le doute, soyons pragmatiques. Laissons les chercheurs faire leurs recherches pour savoir exactement ce que ça fait d’avoir de l’acide folique en excès. En attendant :

  • mangeons du foie de veau, de bœuf ou de volaille biologique (obligatoirement !), des lentilles, des épinards, des pois chiches,  des asperges, du persil, des légumes racines, du brocoli ou du chou-fleur régulièrement. Pour que les produits eux-mêmes contiennent de la vitamine B9, il est obligatoire qu’ils proviennent d’une culture non intensive, qui prend grand soin du sol, car c’est de là que les plantes le puisent.  A ma connaissance c’est valable uniquement pour les cultures biologiques et encore plus pour les cultures biodynamiques, alors si vous souhaitez bénéficier des vitamines en mangeant, il est obligatoire que ces produits soient bio.

 

  • Si vous doutez des teneurs en vitamine de votre nourriture, alors tournez-vous vers des compléments de très bonne qualité. Vérifiez sur l’emballage si au lieu de l’acide folique (= synthétique) il est écrit « méthylfolate » ou « 5-methyltetrahydrofolate » ou « 5-MTHF« 

 

  • Même avec les compléments comprenant de la vitamine B9 naturelle, ne dépassez pas les 400µg par jour conseillés pour les femmes enceintes.

 

* http://www.sciencedaily.com/releases/2016/01/160111121341.htm ou http://cebp.aacrjournals.org/content/16/7/1325.abstract

Posted in: